Amis cavaliers, face à la difficulté rencontrée pour se tenir informé des randonnées équestres pour les cavaliers indépendants organisées dans le Tarn et ses alentours, j’ai décidé de créer ce site. Pour le faire vivre, je compte sur vous. En effet, vous pouvez m’envoyer les dates de vos randos ou celles dont vous avez la connaissance afin que je les mettent dans le calendrier. Je propose également la mise en ligne de photos se rapportant aux randonnées et des traces GPS de circuits pratiqués avec nos chevaux.


Les articles

 

Un ruban sur la queue « déco ou info »? 

Plutôt de l’info, dans le langage cavalier, ces rubans de couleurs permettent d’annoncer la couleur ou plutôt les humeurs de nos chères montures.

 


Le tour du Tarn « enfin »

Et oui, tout vient à point à qui sait attendre, le circuit du Tour du Tarn à cheval est enfin disponible. La bonne nouvelle est qu’il semble qu’il soit évolutif, nous avons la possibilité de proposer des variantes sur le circuit d’origine (à condition que cela soit des chemins communaux), des hébergements ….

Un dépliant  est disponible et une carte  est visible sur le site tourisme-tarn.com, la trace GPS est aussi téléchargeable. Si vous l’empruntez, n’hésitez pas à me faire parvenir vos impressions pour les partager sur le site.

 Un nouveau lien, pour visualiser le tracé sur une carte plus détaillé et télécharger la trace GPS.

https://www.cirkwi.com/fr/circuit/60787-tour-du-tarn-a-cheval


Le savez-vous?

Vous devez déclarer auprès du SIRE, le(s) lieu(x) de détention dont vous êtes responsable.

Cette mesure vise à répertorier tous les lieux de détention susceptibles d’accueillir des équidés, de façon temporaire ou permanente, en vue de mettre en place les actions sanitaires nécessaires. En cas d’épidémie les services sanitaires pourront agir auprès de chaque détenteur dans les meilleurs délais.

Tout nouveau détenteur doit s’enregistrer avant l’arrivée du premier cheval sur le lieu de détention. Suite à l’enregistrement, il recevra un accusé réception, qui lui servira de justificatif en cas de contrôle. Cet accusé réception comporte le n° de détenteur attribué par le SIRE.

Simple, gratuit, mais pas automatique

Ce n’est pas parce que vous avez déjà réalisé des démarches auprès du SIRE en tant que propriétaire, éleveur ou étalonnier que vous êtes enregistré comme détenteur. Cette démarche nécessite une déclaration spécifique auprès du SIRE.

Le non respect de ces obligations sanitaires peut entraîner des sanctions de 450 à 1500 €.
Toutes les infos ICI


 

Un site à visiter

A cheval dans le Lot, toutes les infos pour partir randonner dans se magnifique département.  Accès au site

A cheval dans le Lot


 

 

Le Cheval : un Être Intelligent

Depuis environ 6 000 ans que le cheval a commencé à être domestiqué, son comportement reste encore souvent mal compris.
Le cheval est, de tous les animaux, celui qui a sans doute le plus marqué l’histoire et les progrès de l’humanité… Partant des sens du cheval (vue, ouïe, odorat, goût), ce documentaire inédit de 52 minutes permettra aux cavaliers de mieux comprendre leurs montures.

Source:WocomoWILDLIFE…


 

 

La charte du randonneur

 

– Nous, cavaliers ou meneurs nous nous devons de maîtriser nos chevaux aux trois allures. Avoir des chevaux en bon état, avec de bons pieds, entraînés, bien harnachés, pucés et vaccinés.
– Si nous possédons un cheval qui botte, nous le signalons par un beau ruban rouge à sa queue.
– Lors des pauses, lorsqu’il y aura d’autres cavaliers nous n’intercalons pas notre cheval dans un groupe de chevaux déjà mis à l’attache. Et nous laissons suffisamment d’espace entre les chevaux qui ne se connaissent pas.
– Nous les meneurs, devons attelés nos chevaux au moment de leur départ. Lors d’une pause nous devons laisser une personne à la tête de nos chevaux attelés, ou aux guides, si non ces derniers seront dételés.
– Lorsque nous arrivons à hauteur de parcs à animaux, nous repassons au pas. Si notre parcours passe par des parcs fermés, nous refermons les barrières derrière nous.
– Nous sommes amenés à rencontrer sur les chemins que nous empruntons des agriculteurs, cyclistes, pédestres, vététistes, chasseurs, véhicules motorisés ou autres randonneurs à cheval etc… nous devons partager le même espace dans la sécurité et avec courtoisie.
– Nous devons aborder ces utilisateurs au pas, leur demander l’autorisation des les doubler sans oublier de les saluer. Lorsque nous dépassons un cavalier ou un groupe de cavaliers, nous demanderons également si cela ne gêne pas que nous partions au trot et ce ci dans le but de ne pas créer d’accidents.
– Nous évitons que nos chevaux dégradent des sols fragiles en ne sortant pas des chemins et sentiers. Nous ne traverserons pas les cultures, même déchaumées.
– Nous apprenons à connaître la flore, la faune et le patrimoine des sites que nous traversons sur nos parcours de randonnée.
– Nous respectons notre environnement. Lors de nos passages ou à l’occasion d’une halte, nous ne laissons pas de détritus (papiers, sacs plastiques, boites de conserves etc …).
– Nous les fumeurs, nous ne jetterons pas nos mégots même éteints dans la nature.
– Nous respectons et laissons en lieu et place le balisage rencontré.
– Nous, cavaliers ou meneurs devons être titulaire d’une RC assurant la pratique de l’équitation pour nous-mêmes et d’une RC propriétaire d’équidés. L’équitation d’extérieure n’est pas sans risque, il est de notre intérêt d’être assuré personnellement en risque corporel couramment appelé « individuelle accident ». Bien qu’à Equiliberté le port du casque pour la pratique de la randonnée équestre n’est pas obligatoire, il est aussi dans notre intérêt de le porter, ainsi que le gilet de sécurité.


 

 La saison des mouches est lancée.

 

Vous en avez assez de tous ses produits chimiques qui repoussent (parfois) les insectes et aussi les cavaliers. Voici une solution aux huiles essentielles que j’utilise depuis deux ans. Bien sûr, ce n’est pas le produit miracle, mais il fait aussi bien que certains du commerce et pour un prix modique (environ 2€/L)

La recette du spray anti-mouches pour 1L environ.
– 750 mL d’eau
– 250 mL de vinaigre blanc
– huiles essentielles de:
o giroflier (piqûres d’insectes)
o basilic (irritations cutanées causées par des piqûres d’insectes)
o menthe poivrée
o eucalyptus (piqûres d’insectes)[showhide type= »pressrelease02″]
o bois de cèdre (antifongique, antiseptique cutanée)
o géranium rosat (dermatose, peau abîmée)
o thym (anti-infectieuse et antiseptique aérienne)
o citronnelle (repousse les insectes)
o tea tree (piqûres d’insectes)
o lavande (répulsif insectes)
o romarin
o ail (anti parasites cutané)
o une base neutre pour permettre la dispersion des huiles dans l’eau (produit spécifique aux huiles essentielles)
Il n’est absolument pas nécessaire de mettre toutes ces huiles ! Deux ou trois suffisent amplement ! Cette liste présente juste les H.E. efficaces contre les insectes. Pour une démarche la plus saine possible utilisez des H E bio.

Préparation:
– Remplir le flacon avec 3/4 d’eau et 1/4 de vinaigre blanc
– Rajouter la base neutre pour disperser les huiles essentielles (quelques gouttes)
– Ajouter 5 gouttes de chaque (si vous n’utilisez pas toutes les huiles de la liste, vous pouvez en mettre un peu plus de chaque)
– Bien secouer tout ça pour mélanger

Attention:
Choisir un flacon opaque pour que les huiles essentielles ne perdent pas leurs propriétés (à conserver à l’abri de la lumière).
Personnellement, j’utilise une éponge pour appliquer. Le spray étant toujours un peu délicat avec les chevaux. Pour éviter que l’éponge sèche entre deux applications et du coup éviter le gaspillage, je la stocke dans une boîte hermétique.

 

 ESPÉRANCE DE VIE DU CHEVAL.

Longévité de 50 ans mais espérance de vie moins de 15 ans! Un grand écart qui fait mal ! Le constat est amer. Le décalage entre la longévité programmée et l’espérance de vie est accablant. Il semblerait qu’en fréquentant l’homme, le cheval a du mal à s’assurer un bon avenir. L’âne s’en sort visiblement mieux que le cheval en vivant le plus souvent en extérieur. Sans doute la considération sociale sauve l’âne mais tue le cheval. L’âne est considéré comme « vulgaire » alors que le cheval assure une place sociale à son propriétaire. Le cheval est soi-disant « choyé » dans son écurie alors que l’âne vit dehors. Poussons encore plus loin les comparatifs : le poney, qui n’est autre qu’un robuste petit cheval que l’homme a modelé pour travailler dans les mines, bénéficie lui aussi d’une espérance de vie supérieure à celle du cheval. Les centres équestres constatent une vie plus longue chez le poney, qui est plus rarement dans un box et très souvent sans fers. Où que l’on se tourne, nous constatons que les équidés qui échappent à l’intervention humaine s’en sortent mieux en ayant une espérance de vie plus longue ! Lire la suite…